L'équipe de professionnels

L'équipe du service est "pluridisciplinaire", formée de professionnels qualifiés, de spécialisations différentes qui travaillent ensemble autour du projet de chaque enfant, en ayant toujours le souci de partager leurs compétences et leurs expériences pour l’accompagner dans sa globalité.

L’équipe se compose des professionnels suivants :

1 Directrice

1 Chef de service

1 Secrétaire

1 Médecin ophtalmologiste spécialisée en basse vision

1 Médecin psychiatre

2 Psychologues référentes coordinatrices

5 Orthoptistes

3 Psychomotriciens

1 Professeur(e) de braille

1 Orthophoniste

1 Educateur de jeunes enfants

1 Educateur spécialisé(e)

1 Instructeur de locomotion

1 Assistant(e) social(e)

2 Infographistes

3 Ergothérapeutes dont 1 instructrice des activités de la vie journalière,

La nature des interventions des professionnels

La secrétaire assure le lien entre les familles et l’équipe qui suit l’enfant : accueil, organisation des rendez-vous avec les différents professionnels, remise de documents administratifs. C’est généralement la personne qui a le premier contact avec les familles.

 

Le médecin ophtalmologiste est une spécialiste en compensation du handicap visuel. Elle intervient par son expertise médicale dans l’évaluation et le suivi des capacités visuelles et fonctionnelles des enfants. Elle confirme l’admissibilité et participe aux propositions de prises en charge par ses prescriptions et ses recommandations. Elle oriente vers des services hospitaliers spécialisés pouvant contribuer au diagnostic ou aux réponses thérapeutiques.

 

La psychologue est la personne référente de l’enfant suivi pour assurer la cohérence clinique et l’application du projet individualisé.Elle participe à des réunions de coordination et de sensibilisation  avec les structures partenaires accueillant les enfants.À travers ses observations cliniques et des échanges réguliers avec les parents et le jeune elle évalue le développement global et psycho-affectif de celui-ci et favorise l’implication familiale au projet individualisé. Elle peut ainsi harmoniser l’ensemble de la prise en charge en fonction des besoins spécifiques de l’enfant, dans une réflexion et une régulation clinique. L’accompagnement psychologique permet d’accueillir la parole de l’enfant et de ses parents, concernant leurs difficultés ou leurs projets. Elle propose une guidance parentale et aide à l’élaboration psychique de la réalité du handicap pour qu’elle puisse s’inscrire dans l’histoire de chacun.

 

L’orthoptiste participe à l’examen clinique de la vision fonctionnelle de l’enfant. Il évalue dans le cadre de bilans réguliers les capacités visuelles de l’enfant, et effectue des examens complémentaires (champ visuel, étude de l’équilibre oculomoteur…). Il assure la mise en place et la stimulation de la vision fonctionnelle lors des rééducations.

 

La psychomotricienne propose à l’enfant des situations ludiques afin de favoriser l’expression corporelle et émotionnelle Les situations motrices variées  favorisent l’adaptation tonique et stimulent la coordination oculomotrice, les sens compensatoires (audition, toucher, sens kinesthésique…). Elle propose des activités pour mettre en place l’organisation spatiale, particulièrement importante pour faciliter leur autonomie future dans les déplacements. Pour les enfants de 0 à 3 ans, la stimulation précoce est proposée préventivement afin d’éviter l’émergence de troubles du développement psychomoteur. Cet accompagnement se fait en collaboration étroite avec les parents, la famille dans son ensemble.

 

L’ergothérapeute favorise l’autonomie par des activités variées et d’explorations :

- les activités manuelles sont utiles à travers des manipulations,  elles développent la qualité gestuelle, et la compensation par d’autres sens (toucher, audition et kinesthésie) ;

- l’abord du graphisme par l’apprentissage à l’écriture manuscrite pour la rendre durablement lisible et la correction d’une éventuelle gestuelle inadaptée de l’écriture ;

- l’apprentissage de l’informatique adaptée et le traitement de texte qui permettent à terme des prises de notes rapides et efficaces en ménageant la vision et la fatigue.

 

L’instructrice en activité de la vie Journalière    est une professionnelle spécifiquement formée  à l’autonomie dans la déficience visuelle. Elle renforce  les compétences pratiques dans tous les actes courants et permet aux jeunes atteints de malvoyance ou aveugles de favoriser la confiance en leurs capacités et  à gérer leur vie quotidienne. Pour parvenir à cette autonomie, elle  est habilitée à mettre en place le développement de compensations multisensorielles, l’appropriation de techniques gestuelles et comportementales spécifiques, la préconisation en aides techniques, l’adaptation de l’environnement matériel, des conseils auprès de l’entourage familial et des aidants. 

 

L’orthophoniste évalue le langage par la réalisation de bilans orthophoniques et réalise (ou préconise) des prises en charge spécifiques. Elle se préoccupe du langage oral, des prérequis à la lecture, de la représentation mentale, du langage écrit et de la logique mathématique. Elle intervient individuellement ou en groupe par des méthodes adaptées à la problématique de chaque enfant.

 

 

 

L’éducatrice spécialisée met en œuvre des actions socio-éducatives auprès des jeunes visant à renforcer leurs compétences et  à favoriser leur insertion sociale. Elle intervient dans l’environnement du jeune et  au travers d’activités partagées, elle soutient l’autonomie et accompagne les parents dans leur positionnement éducatif.

 

L’instructeur de locomotion s’adresse aux personnes déficientes visuelles éprouvant une gêne ou des difficultés dans leurs déplacements. En s’appuyant sur des techniques précises et des stratégies permettant la gestion des obstacles et des traversées, il aide la personne à acquérir l’autonomie maximale liée à ses capacités. La locomotion, permet d’aborder des trajets en lieux inconnus, avec utilisation ou non des transports en communs. Accéder à une plus grande autonomie, permet non seulement de découvrir et comprendre l’environnement mais aussi de se percevoir autrement.

 

La professeure de braille initie l’enfant très malvoyant ou aveugle au pré-braille. Les méthodes et les outils varient en fonction des compétences et de l’âge des enfants. Pour l’apprentissage du braille, elle apporte la maîtrise des outils traditionnels d’écritures braille et la maitrise de nouvelles technologies d’informatique adaptée.

 

L’assistante sociale articule ses actions dans le cadre de la déficience visuelle et en cohérence avec le travail d’équipe, autour de 4 axes :

- le soutien et l’accompagnement socio-éducatif des familles dans leurs démarches et leurs parcours;

- l’information et l’orientation pour l’accès aux droits, les recherches de structures d’accueil petite enfance ou spécialisées;

- le montage de dossiers administratifs et de recherche de financement pour l’achat de matériel spécialisé lié au handicap visuel;

- la mise en lien avec certains partenaires tels que la MDPH, La PMI, la CAF, les services sociaux de secteur, les administrations et institutions.

 

L’infographiste réalise l’adaptation des documents scolaires et de loisirs adaptés et structurés permettant une prise de connaissance « rapide » et optimale du contenu.

Sur les recommandations de l’ophtalmologiste et des orthoptistes, il  pratique l’agrandissement de la taille du texte, le changement de typographie, l’ajustement de l’image par son dépouillement.  Un changement de contrastes, de couleurs sur des supports papiers de grande taille. L’outil informatique offre de nouvelles formes d’adaptation qui permet la numérisation et la sécurisation des fichiers.

 

L’éducatrice de jeunes enfants accompagne les parents dans leurs propositions éducatives et d’éveil.  Elle propose des activités adaptées aux possibilités de l’enfant âgé de 0 à 7 ans, dans son cadre de vie habituel ( domicile, mode d’accueil, maternelle) ou de proximité ( parc, ludothèque, piscine…) ou dans le cadre d’une animation de groupe, de façon à stimuler son développement global, lui donner le goût à la lecture, et  soutenir les premiers pas vers une autonomie  progressive et sa socialisation. (Sortie socio culturelle).

 

La psychiatre assiste aux réunions afin de donner un éclairage sur les difficultés et les obstacles rencontrés dans les prises en charge, de participer à l’orientation vers des structures de soins et d’aide psychologique. Elle  aide à la compréhension et à l’analyse des phénomènes psychologiques en jeux dans les rééducations. Elle peut également proposer des entretiens aux familles, aux enfants et adolescents lorsqu’une situation de souffrance ou de blocage apparait.